2 septembre 2008 – 2 septembre 2010 : Bon anniversaire Monsieur le Président !

 

Souvenez-vous, il y a deux ans jour pour jour, le président GAS prenait officiellement ses fonctions. Certes, l’annonce ayant été faite près de 6 mois avant, il travaillait main dans la main avec son futur prédécesseur Karl HOLZ, mais c’est donc à partir de ce moment qu’il s’est retrouvé seul à la barre du Titanic qu’est Eurodisney SCA.

Deux ans c’est le moment de tirer un premier bilan, sachant que la durée moyenne de mandat des derniers présidents se situe à 3 ans et demi.

 

Image

Philippe GAS, Obama au pays de Mickey

Dès son arrivée, le président a voulu présenter au plus grand nombre une image de rupture avec son prédécesseur. Non que celui-ci ait un bilan négatif, au contraire, mais il avait donné une image peu agréable de la fonction, parlant peu (en partie en raison de la barrière de la langue, qui malgré ses efforts, n’a pu être franchi) et faisant preuve d’une austérité peu en rapport avec l’image de fête que devrait véhiculer un parc d’attractions.

Donc, Philippe GAS va se construire un personnage sympathique que l’on aura envie de côtoyer que l’on soit employé, fan, actionnaire ou tout à la fois. Il fréquente les plateaux télés, les studios de radios, donne des entretiens dans les journaux avec un sourire qui devient légendaire…

Et coïncidence amusante, de l’autre côté de l’Atlantique, un candidat à la Maison Blanche utilise les mêmes ficelles pour se faire élire, Barack OBAMA. Il promet des réformes, que la crise qui touche sévèrement les États Unis va être combattue avec force, etc. Et le Président GAS, dans ses opérations de communication, qu’il veut multiplier, fait de même. Lors des premières tables rondes d’actionnaires, lorsqu’on lui explique que l’on est fan, il répond que lui aussi est passionné par les parcs et qu’il est très heureux d’être à la tête de Disneyland Paris car cela va lui permettre d’améliorer encore ce resort. Quand on lui dit que l’on est Cast Member, il répond que lui aussi, et depuis 1992 encore, narrant l’anecdote que le jour de l’ouverture, il était au parking avec un T shirt rouge un peu ridicule, pour renforcer l’équipe de stationnement.

Enfin, quand on lui dit que l’on est actionnaire et que la situation n’est franchement pas brillante, il rétorque qu’il en est conscient et qu’il est là pour que cela change. Bref, le gendre idéal…

Le souci c’est qu’il promet beaucoup, trop sans doute, en cette année 2009 qui voit la crise poindre. Des nouvelles attractions ? Oui il y en aura. Des nouveaux spectacles ? Aussi. Des dividendes ? C’est le but vers lequel la société doit tendre. Quand on pousse plus loin, en proposant des évolutions dans tous les secteurs, il écoute et promet qu’il va en tenir compte.

Bref, nous sommes face au discours-slogan « Yes We Can ! »

 

Image

 

Mais l’année 2009 fait des ravages chez les touristes Espagnols et Anglais et les visiteurs commencent à sérieusement freiner les dépenses. Les spectacles promis sont des demi échecs (It’s Party Time With Mickey &nd Friends) ou des échecs complets ( It’s Dance Time in Discoveryland). L’attraction Play House Disney Live ! est gentillette mais ne déclenche pas l’enthousiasme des fans, la disparition des spectacles couverts, au contraire, fait gronder ces mêmes fans…

Les espoirs de voir la situation financière s’améliorer, nés des échanges menés lors des tables rondes d’actionnaires s’éloignent en même temps que ceux d’une remise à plat des conditions léonines de rémunération de la Walt Disney Company. Philippe GAS rejoint le club des présidents dociles qui se sont succédés à la tête d’Euro Disney SCA. Pour faire diversion, et après s’être rendu compte que les actionnaires individuels étaient à 75 % des fans, il se tourne vers leur communauté.

Là, tel un roi mage à l’Epiphanie, il apporte sur un plateau ce que cherche tout fan : des informations exclusives et qui leur sont dédiées. Pour cela, il ne ménage pas les moyens, il fait créer des pages Facebook, Twitter, refait faire le site internet et surtout il embauche au sein de l’équipe communication l’administrateur du site de fans le plus fréquenté avec pour mission de bâtir une relation avec les sites non officiels. C’est une petite révolution. Jusqu’alors, les fans étaient ignorés. Mais les Américains, qui ont toujours un coup d’avance, se sont rendus compte du potentiel commercial de cette clientèle. Le D23 est un succès colossal et Disneyland Paris se doit d’en tenir compte. Est-ce une décision personnelle du président ou une demande de la Walt Disney Company, je ne puis le dire… Mais le résultat est là : il faut communiquer avec les fans !

Bref, la première année est compliquée mais le président s’en sort finalement assez bien même si la mécanique a connu quelques beaux ratés.

2010, annus horribilis.

L’année 2010 commence assez mal financièrement. Le premier trimestre (1er octobre – 31 décembre 2009) est nettement moins bon que celui de l’année précédente. La crise perdure et aucun signal n’est au vert. Les tables rondes d’actionnaires, renouvelées en 2010, laissent apparaître des actionnaires déçus sur bien des plans : de la politique tarifaire, des produits de pauvre qualité mais à prix prohibitifs, etc. Le président essaie de reprendre la main en informant que les boutiques allaient de nouveau proposer des produits exclusifs, qu’elles allaient redevenir différentes les unes des autres… Et de marteler que la destination Disneyland Paris n’était finalement pas si chère que cela même si la tarification 2009 avait été un peu brouillonne. En 2010, celle-ci sera modifiée afin d’apporter plus de clarté aux consommateurs, tout en conservant le principe des promotions, pourtant décrié.

Mais le tournant a lieu en février, avec l’annonce d’un premier suicide à Disneyland Paris, puis quelques temps plus tard d’un second avant que les syndicats n’annoncent qu’une tentative avait échoué peu avant. La communication de la société sur ce sujet est absente et la presse s’en donne à cœur joie. FO prend le dossier à bras le corps et tire sur la direction à feu nourri. Le point d’orgue est à l’assemblée générale où violemment pris à partie, le président s’emporte, retournant ainsi une salle pas vraiment acquise à sa cause au départ. Mais les faits sont malheureusement là et le président, omniprésent jusque là sur la scène médiatique disparaît… Faut-il y voir des consignes de la Walt Disney Company qui a horreur de ce genre de publicité, de conseils du service communication ?

Les chiffres du 1er semestre, pire qu’attendus, confirme la tendance. L’exercice 2010 va se terminer sur une perte sauf miracle pendant l’été. Lors de la conférence téléphonique avec les analystes, seul Greg RICHART, le directeur financier, est présent, confirmant ainsi la mise en retrait médiatique du Président.

En juillet, nouvel avatar avec la confirmation de détournements de fonds au sein du Comité d’établissement d’Eurodisney Associés SCA, la filiale d’exploitation de la société cotée. Les mises en examen tombent. La direction est gênée aux entournures, elle avait, peu de temps avant la découverte des faits, versé une rallonge. De plus, la direction des ressources humaines est censée vérifier les comptes du C.E.…

Fin juillet, est annoncée la cession du centre commercial Val d’Europe. La présentation est on ne peut plus minimaliste. Aucune raison donnée à cette soudaine décision. Ou est passée la promesse de transparence et de meilleure communication avec les actionnaires ?

Le 10 août, les chiffres du 3ème trimestre sont présentés. Sans réelle surprise depuis l’annonce de la cession exceptionnelle, ils seraient honorables sans elle, mais le début de l’année pèse. Le cap choisi par le président est maintenu (réduction des coûts, augmentation des tarifs) même si les résultats ne sont pas au rendez-vous. La remise à plat de la rémunération du gérant n’est toujours pas à l’ordre du jour, la dette reste importante, les capitaux propres vont encore baisser au 30 septembre 2010, bref le ciel au dessus d’Eurodisney reste lourd …

 

Image

 

Heureusement, Toy Story Playland a ouvert ses portes le 17 août apportant un peu de légèreté dans cet environnement pesant.

Bon anniversaire néanmoins, Monsieur le Président. L’année prochaine pourra difficilement être pire même si il ne faut rien écarter. En espérant, pour vous, que nous pourrons souffler une 3ème bougie dans un an…

 

Article : Simplet

Images : Disneyland Paris

Voir aussi :

Nos gazouillis :

Il est maintenant possible de réserver les restaurants de Disneyland Paris depuis l'application officielle !...

Jul 10 2020

Découvrez les masques en tissu en vente sur ShopDisney dans notre article ! https://t.co/ULMQ2qcB3n

Jul 07 2020

Découvrez les dates de réouverture des différents moyens de transport de Walt Disney World. ...

Jul 06 2020
Nouveau !

Disney Gazette
informations

Elle est de retour !
Notre base de données sur les destinations Disney est à nouveau disponible. Découvrez nos fiches infos, guides et temps d'attentes.

C'est parti