Article gagnant du concours “Gazettes d’Or”

A la rentrée 2009, un grand concours fut organisé sur le forum Disney Gazette : les Gazettes d’Or. Tous les inscrits pouvaient y participer en se présentant dans les différentes catégories : "Meilleur Avatar", "Plus belle signature", "Meilleur photographe"…. Aujourd’hui c’est la "Gazette d’Or du Meilleur Reportage"  qui nous intéresse avec la publication de l’article gagant. Ce concours ouvert à tous, consistait à nous envoyer un article complet, sur un sujet choisis par le participant.
C’est donc "Captain Nemo" qui a remporté cette Gazette d’Or et voici sans plus attendre sa vision alternative de ce qu’aurait pu être Space Mountain : mission 2 :
 
 
 
 
 
 
 Space Mountain – Autour de la Lune.
 
 
 
J’ai fait un rêve cette nuit…

Enfin non, ne partons pas dans des ouvertures d’articles niaises à souhait et rentrons dans le vif du sujet.

Ce rêve, je le fais éveillé depuis 5 ans. Je rêve que "Space Mountain", la plus grande aventure de la galaxie, ne s’est pas vu défiguré par d’obscures raisons.

Mais dans un jour de rêverie (voire d’oisiveté), je me suis décidé à coucher sur le clavier ma vision de Space Mountain – Mission 2.
Une vision bien évidemment sujette à tergiversations, à débats sans début ni fin, mais une vision qui pourrait montrer aux partisans qu’il est possible d’élaguer et re-dessiner sans déraciner.

Et comme ma rêverie (ou donc oisiveté cf ci-dessus) continuait, j’ai pensé que quelques dessins ou retouches pourrait agrémenter le tout.
Un peu comme le vinaigre basalmique sur les assiettes d’un dîner presque parfait.

J’implore votre tolérance (une hyperbole est cachée, saurez-vous la retrouver ?) face à ces quelques montages photoshopesques qui donneraient des hauts-le-coeur à n’importe quel graphiste de base. Mais une image est souvent plus parlante qu’un long discours.

Voici donc en avant-première, une vision de ce qu’aurait pu être "Space Mountain – Mission 2".

===============================================

Ce jour fût marqué par l’ouverture d’une toute nouvelle aventure à Disneyland Resort Paris.

Space Mountain – Autour de la Lune.

A notre arrivée dans Discoveryland, le célèbre dôme cuivré à la structure vert-de-gris cache l’horizon. La majestueuse Columbiad, plus rutilante que jamais, projette régulièrement des trains dorés dans des panaches de fumées. Difficile de distinguer les cris des visiteurs dans les détonations assourdissantes qui ponctuent chaque départ.

D’autres visiteurs comme nous se dirigent vers l’entrée de l’attraction, comme happés par une force mystérieuse qui incite à découvrir les entrailles du monstre. C’est là qu’un détail attire notre attention… Des restes d’un train apparaissent encastrés sur la toiture du dôme, aux abords du canon… Détail cynique s’il en est, ce voyage ne serait-il pas dénué de tout risque ?
Peu importe, en avant toute !
Avant de rentrer dans l’obscurité du bâtiment, nous passons à proximité d’un énorme obus. Un projectile très original. 2 hublots sont encastrés, et une petite trappe permet de laisser échapper quelques cris de joie et autres bruits festifs. Une voix se fait entendre : On a réussi ! We dit it !
Voici donc le prototype qui a permis au Gun-Club de réaliser son rêve !

Image
 
Mais l’heure approche et devant nous s’ouvre la célèbre voie Stellaire. Des convois fluorescents circulent entre d’imposants météores. Par moments, ces dernières sont frappées par des petits débris rougeoyants. Simple activité spatiale ou incident malencontreux sur le convoi en cours ? L’avenir nous le dira…
Image
C’est alors qu’un bruit strident nous tira de notre stupeur. Nous étions face à la célèbre machine, vénérée et adulée par tant de voyageurs heureux de revenir sain et sauf : L’Electro de Velocitor.
Un train venait justement de rentrer sur Terre, freinée par la toute puissance électrique de l’installation. Nul ne saurait retranscrire cette impression de puissance, seule l’imagination pourrait dessiner dans l’esprit des gens les muscles mécaniques bandés à l’extrême de cette fabuleuse machine. Mais le train est stoppé, le tout dégageant d’importants jets de vapeurs qui terminent leur course à nos pieds.
Image
Image
Le brouhaha des voyageurs s’amplifie, très excité à l’idée de prendre place dans le prochain convoi. La dernière salle s’ouvre devant nous, une pièce relativement sombre, recèle un bric à brac de machineries électriques. Sur des établis métalliques, des schémas de pièces de trains, du canon. De grosses ampoules tentent difficilement de repousser la pénombre. Une large étagère est accroché à un des murs, des coupures de journaux jonchent cet endroit, et en plein milieu une grosse télé, très rudimentaire.
Après quelques grésillements, un homme au faciès grave et sérieux apparaît. Ôtant son haut de forme, celui-ci se présente sous le nom d’Impey Barbicane et nous fait part des risques du voyages et autres recommandations. Nous souhaitant bonne chance et nous saluant bien bas, son image disparaît en même que l’extinction des ampoules. Le courant revient bien vite, mais nous avons tous pu constater que cette coupure a coïncidé avec le départ d’un train…
Image
Et devant nous, la fin de notre attente : Les quais d’embarquement. Comme tant d’autres voyageurs, nous attendons fébrilement derrière les barrières. C’est alors qu’un train jaillit d’un des tunnels, dans une salve tonitruante de cuivres et percussions. Les trains semblent avoir fait de nombreux allers-retours, c’est du moins l’impression que donnent les dizaines de petits météores rougeoyants incrustés dans le chassis et l’avant du train.
Image
Le harnais s’abaisse et le train s’ébranle. Nous pénétrons dans une sombre galerie creusée dans la roche, seule la lumière vacillante des quelques lampes à pétrole posées ici et là nous permettent d’avoir une petite idée de l’idée vers où nous nous dirigeons.

Un flash aveuglant déchire l’obscurité, une petite accélération dans une épaisse fumée et nous voici dans le canon, plaqué contre le dossier de notre siège. Une trappe s’ouvre laissant s’échapper la fumée, des voix surexcités retentissent semblant donner des indications à d’invisibles artilleurs : Augmentez la charge, more power !
Un roulement de tambour montent des entrailles de la Columbiad, la trappe se ferme et c’est dans un tonitruant « Go ! » que nous sommes catapultés dans l’espace…

L’espace s’ouvre devant nous nous offrant un spectacle magnifique. Des milliers de petits points lumineux sont disséminés un peu partout quand une météorite décide d’être dans la partie. Le train à juste le temps de se renverser pour l’éviter mais un autre astéroïde, beaucoup plus gros, décide cette fois de ne pas se laisser berner.
Le choc est brutal, le train éclate la pierre dans de gigantesques jets d’étincelles. La vitesse est telle qu’une lueur rouge commence à teindre la météorite, qui finira par se disloquer à grand bruit une fois le dernier wagon passé.

Image
Notre voyage continue en compagnie cette fois ci d’une étoile filante. Une fois la météorite suivante évitée par une vrille habile autour d’elle, nous arrivons enfin à destination.
Image
C’est dans un calme olympien que nous arrivons à proximité du gigantesque astre lunaire, sur notre droite, plus proche que jamais. Nous longeons doucement le satellite, emporté par son attraction quand soudain, des petites fusées rouges fixées de part et d’autres du chassis se déclenchent. Elles tentent de nous arracher à l’emprise de la Lune et arrivent tant bien que mal à nous emmener sur le chemin du retour…

Nous filons à une allure folle quand se dresse devant nous un écran de fumée. Nous le traversons et sommes durement freinés par l’Electro de Velocitor, chargé à bloc. Les flash de lumières deviennent continus et tamisés, les bruits des systèmes électriques se calment, nous sommes de retour.
La lumière du jour nous extirpe du couloir sombre et ainsi s’achève notre voyage.

En sortant de l’attraction, nous passons devant l’enseigne : MoonLight Photography. Dans cette petite échoppe, sous un gigantesque poster d’Oncle Sam indiquant : I Want Moon, nous avons l’agréable surprise de voir que nous faisons la une des journaux. C’est sur la première page du « GunClub Telegraph » que nous voyons inscrit : Un nouveau succès / Congratulations ! Avec notre photo prise durant notre périple…

Image

C’est ainsi que s’achève un nouveau voyage à destination de la Lune.

Image

===============================================

Et le réveil fût brutal.

Si cette vision vous a plu et que vous possédez un talent plus affirmé que le mien en matière de graphisme, n’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de quelques sources PSD ou autres ;-)

Rédacteur : Captain Nemo
Crédits Photos : L’Internet, SpaceMountain.fr, et le célèbre FeLIX ;-)

 

Voir aussi :

Nos gazouillis :

Il est maintenant possible de réserver les restaurants de Disneyland Paris depuis l'application officielle !...

Jul 10 2020, 8:02 am

Découvrez les masques en tissu en vente sur ShopDisney dans notre article ! https://t.co/ULMQ2qcB3n

Jul 07 2020, 8:34 am

Découvrez les dates de réouverture des différents moyens de transport de Walt Disney World. ...

Jul 06 2020, 7:20 am
Nouveau !

Disney Gazette
informations

Elle est de retour !
Notre base de données sur les destinations Disney est à nouveau disponible. Découvrez nos fiches infos, guides et temps d'attentes.

C'est parti