Clochette et la Fée Pirate sort dans vos salles obscures demain, en 2D et 3D dans les salles équipées : l’occasion pour Disney Gazette de vous donner nos impressions et quelques secrets de fabrication de l’un des meilleurs épisodes de la saga.

Image

Clochette et La Fée Pirate a été réalisé comme le précédent opus par Peggy Homes une chorégraphe et réalisatrice américaine. Elle s’était auparavant entre autre occupée des chorégraphies du film Newsies sorti en 1992 et qui fut adapté en comédie musicale à Broadway en 2011. Le premier long métrage d’animation qu’elle a réalisé était déjà une suite, Le Secret de la Petite Sirène en 2008 avant d’être appelée pour prendre la relève de la Saga Clochette et de réaliser Le Secret des Fées sorti en 2012.
Le film a été produit par Jenni Magee-Cook qui a déjà travaillé dans l’équipe de production de nombreux films d’animation Disney comme Mulan, Frère des Ours, ou Bienvenue chez les Robinson. Le tout bien évidemment supervisé par celui qu’on ne présente plus : John Lasster.
Le scénario est quant à lui co-signé par Jeffrey M. Howard qui avait déjà travaillé sur certains des précédents opus et également sur les 2 films Planes et Kate Kondell qui signe ici sa première participation à un film d’animation.

Image

Depuis le premier volet les films de la franchise Clochette sont réputés pour être axés principalement sur les petites filles de 3 à 7 ans, cœur de cible de la gamme Disney Fairies, les films sont mignons et les personnages attachants, le design colorés et girly, mais les scénarii souffrent de simplicités voire même d’incohérences d’un film à l’autre. Souvenez-vous de la petite fille qui apparait à la fin du premier opus qui se trouvait s’appeler Wendy Darling, alors que Clochette vient à peine d’arriver au Pays Imaginaire, et que par la même occasion elle n’a pu encore emmener Peter Pan –enfant- au Pays Imaginaire. On pourrait également se rappeler de l’énorme incohérence du dernier épisode avec les fées de l’hiver qui si on croit le film ne peuvent pas aller dans la Vallée des Fées alors qu’elles sont clairement présentes dans le premier épisode, et leur ministre de l’hiver aussi ?
Mais si on met de côté la cohérence et la profondeur du scénario, les films Clochette ont toujours été de charmantes distractions, et c’est là le principal, car ils sont là pour ça : faire rêver les petites filles (ou plus grandes), alors débranchons notre cerveau et laissons-nous emporter jusqu’au Pays Imaginaire où une charmante petite fée nous attend, et laissons la magie prendre vie !

Dans ce cinquième opus de la saga Fée Clochette, nous partons à la rencontre de Zarina, une fée audacieuse en charge de la poussière magique. Extravagante mais incomprise, Zarina prend la poudre d’escampette, ainsi que la poussière bleue, pour s’aventurer aux alentours des mers environnantes.
Elle partira alors à l’abordage accompagnée d’une bande de pirates aux intentions douteuses… Clochette et ses amies les fées réussiront-elles à ramener la poussière magique à la Vallée des Fées ? Entre aventures et surprises en tout genre, Clochette et la Fée Pirate vous promet un moment plein de bonne humeur dans vos salles obscures !

Dans la suite logique des choses, on retrouve dans ce nouvel épisode les personnages qui font à chaque opus le succès de la saga : Clochette et ses amies les fées, Rosélia, Ondine, Vidia, Noa et Iridessa. A noter qu’ici, on voit un peu plus le personnage de Rosélia, mise en valeur par sa relation avec Croc. On la découvre sous un trait plus comique. Avis aux fans de la partie enneigée de la Vallée des Fées, Crystal et ses amis font également une courte apparition dans ce dernier film. A présent, faites la connaissance de ces nouveaux personnages qui pourraient bien vous surprendre !

Zarina est une petite fée rêveuse et ambitieuse : elle cherche à découvrir toutes les facettes du monde qui l’entoure, et en particulier de la poussière de fée qu’elle doit garder chaque jour. Entêtée mais créative, Zarina dépassera les limites… Au point de fuir la Vallée des Fées. Tout au long du film, on verra l’espiègle petite fée évoluer, passant d’une pirate intrépide à une fée courageuse et fidèle à ses amies.

Image

Croc cette petite bouille d’amour est un bébé crocodile dont Rosélia deviendra la maman officielle ! Très attachant et surtout attaché à sa « mère », Croc vous fera assurément fondre !

Image

James est un intrépide pirate qui n’a pas froid aux yeux et qui est prêt à tout pour atteindre les buts qu’il s’est fixé. Fin stratège, allié de Zarina, il vous surprendra par sa détermination. Et son ambition,le mènera loin… Pour la petite histoire il est magnifiquement doublé dans la version originale par Tom Hiddleston le génialissime Loki dans Thor !

Image

L’esthétique est l’un des points forts de ce dernier opus, où la luminosité et le jeu des matières est travaillé au maximum à l’écran. Ainsi, tout le film est un véritable concentré de couleurs flamboyantes et de textures pailletées, afin de retranscrire au mieux l’univers enchanté des fées. Les nuances de couleurs de la poussière bleue ou dorée, les teintes des costumes utilisées ainsi que la texture de l’eau rendent les décors le plus vivant possible.

Image

Une grande partie des scènes ayant lieu sur les mers du Pays Imaginaire, l’équipe de production s’est focalisée sur les effets liés au bateau pirate et à sa vraisemblance. Toute l’équipe s’est imprégnée de l’ambiance maritime en allant elle-même visiter un bateau : les gestes des pirates pour manœuvrer leur bateau est inspiré des véritables manœuvres, ainsi que l’esthétique fidèle aux bateaux pirates. En se rendant sur le ponton du bateau, les créateurs de la saga se sont aperçus qu’un bateau pouvait offrir de nombreuses possibilités pour les mouvements des fées, notamment pour prendre l’avantage lors d’un combat : leur petite taille (15cm) peut se révéler être un atout redoutable. Grâce à cette recherche poussée, les déplacements de Clochette et ses amies les fées sont à la fois amusants et dynamiques, on ne s’ennuie pas un instant face à son écran.

Image

L’équipe de production a également porté un soin tout particulier aux costumes des personnages : le spectateur sera agréablement surpris de la recherche qui en découle. C’est la première fois qu’on note une telle richesse des costumes et ce, pour chacun des protagonistes. Les fées elles-mêmes changent de costumes, qui deviendront ici bicolores et sous des formes nouvelles.
Zarina se distingue de beaucoup de ses amies. Son costume de pirate a demandé bien plus d’imagination que pour les autres : c’est la première de la Vallée des Fées qui n’est pas vêtue de matières naturelles. Pour que sa tenue soit dans un style "pirate" tout en restant à la mode, les Studios Disney ont fait appel au créateur Christian Siriano, pour que l’habit traduise la force de caractère de Zarina tout en restant original. Ainsi, tous les éléments du costume de Zarina proviennent d’objets issus du bateau : la chemise a été façonnée avec un morceau de voile, la ceinture à l’aide d’une bague ancienne et le manteau, confectionné dans un bout de la manche du capitaine. Un costume très original qui fait de Zarina une fée unique et reconnaissable entre toutes.

Image

Passons maintenant à la musique : toute en délicatesse, la bande sonore reste discrète tout le long du film, elle suit le déroulement de l’histoire sans se montrer transcendante. Le compositeur, Joel McNeely, présent depuis de le début de la saga Clochette et à qui l’on doit également entre autre la musique du spectacle Disney Dreams !, joue la carte de la légèreté avec des notes douces et aigües, qui se fondent dans le décor au point de devenir parfois même transparente. Il y a peu de chansons durant le long-métrage, la plus marquante étant celle au tout début de l’histoire, au moment où l’on découvre Zarina qui se dirige vers son travail, une chanson agréable qui plonge dès les premières paroles le spectateur dans une atmosphère conviviale.

Image

La saga Clochette nous laisse la bonne surprise de faire un peu mieux à chaque nouvel opus : les effets visuels, les costumes mais aussi la trame de l’histoire et les aspects comiques font de Clochette et la Fée Pirate un film qui plaira aux petits comme aux plus grands. Les fées commencent quant à elles à prendre en caractère, comme Ondine et Rosélia qui s’affirment dans cet épisode. Zarina, elle, séduit par sa personnalité insouciante mais déterminée, qui rappelle sans aucun doute la Clochette que nous aimons tant. Les premiers liens avec l’univers de Peter Pan sont prometteurs et donnent très envie de voir la suite des aventures de Clochette, avec pourquoi pas une première rencontre avec l’enfant qui ne grandit jamais…
Pour le savoir, il ne nous reste plus qu’à patienter jusqu’à la sortie du prochain opus Tinkerbell and The Legend of the Neverbeast qui sortira l’année prochaine et parlera d’une bête surprenante qui viendra s’installer dans la Vallée des Fées… pour patienter, voici la bande annonce :

Pour donner votre avis sur ce nouveau film et parler de la saga Clochette sur le forum, c’est par ici :
walt-disney-animation-studios-f115/les-films-d-animation-la-fee-clochette-t2639-120.html

Article : LaFéeClochette, Prilla
Images et vidéos : The Walt Disney Company