Disneyclopédie - Main Street U.S.A.
Section de Parc Disneyland

Découvrez le charme et l'hospitalité d'une petite ville des Etats-Unis du début du XXe siècle. Passez devant des boutiques de style victorien avant de prendre une calèche pour aller manger une glace au Gibson Girl Ice Cream Parlour. Comme au bon vieux temps, lorsque Walt Disney était petit garçon.

Description

Aprés avoir traversé les paisibles jardins de Fantasia Gardens, les visiteurs entrent dans le rêve et comme point de départ découvrent Main Street U.S.A.

Le charme d'une petite ville américaine du début du siècle avec ses boutiques et ses restaurants pittoresques, la musique entrainante présente partout, un salon de coiffure "Dapper Dan's Hair Cuts", des voitures d'époques et des tramways tirés par des chevaux. Telle est l'ambiance dans Main Street U.S.A.

La ville prend ses racines près du restaurant Plaza Gardens Restaurant. Dans ce lieu, on peut découvrir trois grandes fresques qui représentent le restaurant tel qu'il apparaissait en 1861, aux abords d'une ville prés d'un grand parc. Pendant la décennie suivante la gare Main Street Station fut construite, le village connu avec le train un afflux d'émigrants. La ville s'agrandit ainsi en partant de la gare, pour atteindre, bientôt, les abords de Central Plaza.

Deux arcades parallèles : Discovery Arcade, qui vous fera revivre les grandes inventions ou les visions futuristes de certains comme Jules Verne, et de l'autre coté Liberty Arcade, l'hymne  à la construction de la statue de la Liberté. Si vous préférez remonter la rue à l'air libre, alors grimpez à bord des tramways Horse-Drawn Streetcars ou le camion de pompier de Main Street Vehicles.

Un restaurant gastronomique, le Walt's - an American Restaurant où une cuisine raffiné dans un cadre luxueux vous attend avec une vue plongeante sur Main Street.

Des boutiques immenses comme l'Emporium, sûrement le plus grand magasin du Parc Disneyland, ou "Dapper Dan's Hair Cuts" un salon de coiffure qui vaut le détour.

Mais Main Street U.S.A. c'est aussi le fameux hot dog de Casey's Corner  mais aussi The Storybook Store où vous pouvez trouver tout ce qui a pu être écrit sur le Parc Disneyland, en passant par Harrigton Fine China et Porcelain où vous pourrez trouver de véritables trésors pour les collectionneurs et assister au travail d'un souffleur de verre.

 

La naissance d'un land

Cette rue puise son inspiration dans la rue principale que connu Walt Disney, enfant, à  Marceline, Missouri au début du vingtième siècle.

C'est une paisible rue victorienne, presque hors du temps, sur laquelle le progrès a à peine prise.

La première version de Main Street U.S.A. fut conçue en 1955 par Walt pour accueillir les visiteurs et les faire pénétrer en douceur dans l'univers cinématographique du parc. Mais, les visiteurs européens et américains étant culturellement  différents, la version américaine de Main Street U.S.A. aurait elle eu un sens en Europe ? Les référents, les inconscients et les repères étant différents et pour stimuler les émotions, pour dépayser et faire rêver, il fallait en tenir compte.

Dans un premier temps, Tony Baxter et Eddie Sotto, les directeurs artistiques de Main Street U.S.A., envisagèrent donc une approche radicalement nouvelle. Le thème du Hollywood des années 20 pouvait être intéressante, les européens étant fascinés par le jazz, le cinéma, les gangsters et la naissance de la révolution de l'Amérique de ces années là .

Selon Eddie Sotto, "cette version de Main Street U.S.A. devait inclure de très nombreux éléments Art Déco. C'était l'Amérique vue par le cinéma, celle de Chicago et New York, embellie et idéalisée par les grands films hollywoodiens." Dans cette version, les Imagineers avaient décidé d'inclure : un train surélevé qui aurait parcouru l'une des façades de la rue, une salle de cinéma à  360° déguisée en grand cinéma classique d'époque, et, bien entendu, un " speakeasy ", l'un de ces bars clandestins qui étaient apparus lors de la prohibition.

Mais les Imagineers mirent de côté cette ébauche pour se concentrer sur l'esprit de Main Street U.S.A. tel que Walt Disney l'avait envisagé.

Il s'agissait pour les Imagineers de retrouver l' "essence" du concept original avec l'aide de Herb Ryman, l'un des vétérans de Disney et la personne la plus proche de l'esprit de Main Street U.S.A.

Cette essence était l'âme de Main Street U.S.A., une rue calme et paisible, embrassant toutefois consciemment et avec un optimiste enthousiasme progrès et idées nouvelles. Toute "l'essence" de Main Street U.S.A. tient dans ces maîtres mots : dynamisme, optimisme et idées nouvelles. C'est l'esprit qui prévaut au tournant du siècle aux Etats-Unis, dans ce pays neuf, en plein boom, que rien ne peut arrêter.

L'électricité, les voitures à  moteur commencent à  l'envahir. L'enthousiasme pour les nouvelles technologies du début du XXème siècle l'emporte déjà  sur la sérénité que connaissait le petit village du Middle West dans les années 1800.

Ce dont les Imagineers prirent bien vite conscience, c'est que cet enthousiasme de Main Street U.S.A. pouvait être compris et apprécié par les visiteurs du monde entier. Le concept ainsi redéfini, ils pouvaient enfin commencer à  le développer sérieusement. Petit clin d'œil, la façade de la Main Street Transportation Co évoque la silhouette du Château de Disneyland en Californie.

Fidèle à l'esprit de son temps, Main Street U.S.A. accueille le progrès à bras ouverts. L'ampoule électrique d'Edison remplace peu à peu la lampe à gaz, la voiture à essence prend le pas sur la voiture à cheval, les grandes inventions, tel les aéroplanes des frères Wright, font leur apparition.

Pour rendre hommage aux premiers américains ayant pris leur propre envol (au sens propre du terme), la boutique de bicyclettes sur Town Square fut baptisée Kitty Hawk Bicycle Shop, nom faisant référence à la boutique où les frères construisirent leur premier avion.

Tous les détails de Main Street U.S.A. renforcent le thème de l'enthousiasme sans borne.

  • Les musiques : elles contribuent à l'atmosphère de Main Street U.S.A.. La sélection musicale prend soin d'inclure des thèmes musicaux évoquant universellement l'Amérique du début du siècle : Hello Dolly, Oklahoma et les mélodies Disney issues du Plus Heureux des Milliardaires ou de Summer Magic. Il existe deux bande sonore, l'une diffusée le matin, plus douce, plus accueillante et l'autre diffusée le soir, plus tonique. Les imaginieurs prêtèrent une attention particulière aux instruments d'où provenait la musique : un orgue de barbarie dans les magasins Disney & Co et Boardwalk Candy Palace et un piano droit d'époque délibérément mal accordé dans le restaurant Casey's Corner.

  • Les bruitages : cette idée remonte à l'attraction de Disneyland, Californie, Mine Train through Nature's Wonderland. A l'entrée de l'attraction il y avait des maisons du Far-West d'où s'échappaient des voix, telle la voix du dentiste occupé à arracher les dents d'un patient récalcitrant et qui n'avait pas l'air heureux. A Disneyland Paris cette idée fut étendue et renforcée. On entend, entre autres, les bruits du cabinet dentaire, mais aussi les aboiements d'un chien au niveau de l'agence du détective privé, des joueurs de mah jong, le bruit d'une douche au dessus du Victoria's Home-Style Restaurant. Dans l'un des téléphones de la boutique Town Square Photography vous pourrez même entendre les conversations téléphoniques entre les habitants de Main Street U.S.A.

  • Les costumes : ils sont inspirés des shows de Broadway et des comédies musicales tels Le Chant du Mississippi et The Good Old Summertime. Tous les costumes s'inspirent donc du look de New York ou de Chicago dans les années 1890, 1900. Pour les costumes à l'entrée du parc, ils sont inspirés du drapeau français : du bleu, du blanc et du rouge.

  • L'architecture : Pour élaborer son style très particulier, les architectes s'inspirèrent du style de John De Cuir, l'auteur des décors du film Hello, Dolly ! et placèrent des détails amusants :
    • Des sceaux métalliques au nom d'Elias Disney daté de 1901 (date de naissance de Walt) se trouvent sur les trottoirs.
    • Les 580000 briques sur Main Street U.S.A. sont précisément disposées comme à New York au début du siècle
    • 3 plaques d'égouts ont été offerte par de grandes villes américaines : Baltimore, New York et Boston
    • Les drapeaux qui flottent sur Main Street U.S.A. ne comportent que 48 étoiles et non 50 (Nombre d'état des Etats-Unis) se qui les situe au début du siècle quand l'union ne comportait que 48 états.

Souvenirs...

A découvrir aussi...