EarthMonth : Visite de la station de traitement des eaux

Station épuration d'extérieur

Disneyland Paris est le seul parc Européen à posséder sa propre station de traitement des eaux usées. Nous avons eu le privilège de pouvoir la visiter, et nous vous en faisons profiter.

Station épuration d'extérieur

Cette installation inaugurée le 1er aout 2013 collecte les eaux usées (toilettes, éviers, etc. mais pas les eaux de pluie) des deux parcs, du Disneyland Hotel et des backstages. Les autres hôtels n’ont pas pu être reliés à cette installation à cause de la voie SNCF coupant le domaine en deux. De ce fait, les autres hôtels sont encore raccordés sur le réseau de collecte des eaux usées communales.

Après traitement, l’eau a une bonne qualité microbienne mais est considérée comme non potable. Elle est donc utilisée pour l’arrosage des espaces verts, le nettoyage, et pour faire l’appoint en eau sur les différentes pièces d’eau (lac Disney Village, ou Thunder Mesa Rive Boat Landing).

Cette station permet actuellement de traiter 2500m3/jour et à une capacité maximale pendant une durée limitée de 3500m3/jour. C’est l’équivalent d’une piscine olympique qui est ainsi traitée tous les jours par cette station d’épuration.

Le grand défi de cette station située juste derrière le Catastrophe Canyon de Studio Tram Tour est de ne pas générer d’effluves qui pourraient gêner les visiteurs. Disneyland Paris a mis en place un système innovant de filtrage de l’air afin d’éviter ce problème.

Dans ces grandes tours l’air est aspiré, et passe du bas vers le haut. Chaque tour est composée de plusieurs étages remplis d’éléments en polymère qui sont humidifiés en permanence. Ceci permet à l’air au lieu de passer en ligne droite de faire un chemin plus long et de se décharger de ses molécules malodorantes dans l’eau et les polymères.

Quand ces polymères sont usés, ceux-ci sont placés au tout début de la chaîne de traitement des eaux afin d’aider à retenir les gros déchets pouvant se trouver dedans. Durant ce cycle de pré-traitement, l’eau est raclée par des peignes qui récoltent les gros déchets, puis passe à travers un tamis permettant de ne laisser passer que les déchets d’un diamètre inférieur à 1mm.

Après cette étape, l’eau est déshuilée et dessablée en même temps. Elle passe dans une grande cuve où de l’oxygène est injecté à la base, ce qui fait remonter les graisses et ce qui permet de les « racler » à la surface. Pendant ce temps, le sable redescend au fond par sédimentation.

Après cette étape, l’eau contient encore différents éléments nocifs. Elle va passer du temps dans les bassins (300m3) avec des boues activées. Ce sont des boues chargées de bactéries dont le but est de purifier l’eau. Ces bassins font 7m de profondeur et l’eau va y rester plusieurs heures.

Après cela, l’eau est filtrée à travers un système membranaire (les membranes font 2.5m de long), puis elle est déphosphorisée et refiltrée.

Et enfin elle est désinfectée grâce à des lampes UVs.

Après la désinfection, un ajout de chlore est fait, puis l’eau est stockée dans un réservoir situé sous la centrale, et dont l’accès est restreint au maximum.

Notre visite de la station se termine ici. Cette installation unique et innovante sur plusieurs points permet à Disneyland Paris de réduire sa consommation d’eau d’environ 1 523 058 m3 en 3 ans. Avec l’extension des Walt Disney Studios, cette installation sera encore plus solicitée dans les années à venir avec l’afflux de nouveaux visiteurs.

Voir aussi :

Nos gazouillis :

Il est maintenant possible de réserver les restaurants de Disneyland Paris depuis l'application officielle !...

Jul 10 2020, 8:02 am

Découvrez les masques en tissu en vente sur ShopDisney dans notre article ! https://t.co/ULMQ2qcB3n

Jul 07 2020, 8:34 am

Découvrez les dates de réouverture des différents moyens de transport de Walt Disney World. ...

Jul 06 2020, 7:20 am
Nouveau !

Disney Gazette
informations

Elle est de retour !
Notre base de données sur les destinations Disney est à nouveau disponible. Découvrez nos fiches infos, guides et temps d'attentes.

C'est parti