indiens

Petit rappel si vous n’avez jamais eu l’occasion d’aller assister à ce spectacle : Les Wild West Shows étaient des spectacles itinérants aux États-Unis et en Europe. Le premier d’entre eux était le Wild West Show de Buffalo Bill, fondé en 1883 (et qui tourna jusqu’en 1913) crée par Buffalo Bill lui-même, dont s’est largement inspiré Disney.

Le dîner-spectacle mis en place dans le Disney Village montre au public de nombreux numéros et personnalités du Far West, et une version romancée de l’Ouest américain. Vous pouvez y retrouver Annie Oakley, Buffalo Bill, et Sitting Bull.

Nous vous laissons découvrir la bande annonce publiée par Disneyland Paris en 2013 (où vous pouvez apercevoir rapidement la scène des bisons dont nous allons vous parler plus tard) :

Le spectacle a vu le jour en avril 1992 en même temps que l’ouverture du Parc Disneyland. Le théâtre permet d’accueillir 2000 personnes par soir (un service à 18h30 et un service à 21h30, le spectacle ne se jouant pas les mercredis et jeudis). Le 18 novembre 2018 le show a eu le plaisir de voir son dix millionième spectateur !

Une fois les portes franchies, vous êtes immédiatement plongés dans l’univers des Western, un Cast Member vous remet un chapeau avec une couleur pour soutenir votre équipe (à travers deux jeux exécutés par les cavaliers pendant le spectacle..), quelques minutes à patienter devant un petit concert de country, et une danse de Dingo plus tard, c’est parti pour un peu plus d’une heure trente de spectacle.

En octobre 2018, Disneyland Paris a annoncé par la voix de Insidears : Buffalo Bill’s Wild West Show sera enrichi d’une nouvelle scène mêlant projections, effets spéciaux, costumes hauts en couleurs et une bande-son revisitée, remplaçant la séquence des bisons, afin de plonger nos visiteurs de manière toujours plus immersive et surprenante dans l’histoire. 

Tout cela au titre de la protection animale, les bisons anciennement présents sur le spectacle étaient des bisons du Canada qui ont une réputation d’animaux indomptables pouvant peser jusqu’à 1 tonne.

Pour bien comprendre ce que pouvait représenter la scène des bisons, il faut imaginer que l’entrée en scène de ces animaux avait lieu vers la quarantième minute de spectacle. Les bisons restaient environ deux minutes trente dans l’arène (sur plus d’une heure trente de show, c’est-à-dire pas longtemps), d’abord immobiles comme on peut les imaginer au milieu d’un champ, puis « chassés » par des Indiens à pieds et deux à cheval (trente secondes). Les bisons tournaient alors en rond deux ou trois fois dans l’arène avant de repartir en coulisse.

Sûrement une des scènes les plus impressionnantes du show en lui-même grâce à la puissance que pouvait dégager les animaux. La scène déjà très bien réalisée à l’époque ne laissait absolument pas penser que les bisons pouvait à ce moment du spectacle ressentir un quelconque stress.

Cette scène mythique a donc été remplacée par des projections de bisons. Même si nous avons été surpris et attristés de la disparation de cette scène (bien que compréhensible au regard de l’actualité médiatique sur la protection animale), nous avons eu envie de découvrir comment est intégrée cette nouvelle scène dans le spectacle dans son ensemble.

D’abord, la présence des Indiens à pied et à cheval est toujours d’actualité. Des chevaux ont été ajoutés à la scène, rendant la présence des acteurs dans l’arène beaucoup plus dense qu’avant. La projection sur le mur en pierre au fond de la scène représente les bisons comme des gravures préhistorique « filant » à toute vitesse donnant une dimension presque mystique à l’animal. La durée de la séquence est sensiblement la même qu’avant, la compréhension de la scène reste la même, rien n’a été perturbé dans le déroulement global.

En conclusion, il faut avouer que nous sommes allés au spectacle avec un goût amer et un peu à reculons à l’idée de la suppression de cette scène (qui pouvait laisser penser à une coupe budgétaire comme une autre) mais le changement est une vraie réussite et l’immersion reste totale (voire supérieure avec ces ombres passant sur la roche). Cette scène spécifique reste appréciable et fluide, l’absence des bisons n’est donc pas un manque, nous dirions même que l’ensemble de cette scène devient « presque » une plus-value.

Nous ne diffuserons  pas les images de cette scène afin de vous laisser la surprise pour votre prochaine visite.

En bref, le Buffalo Wild West Show reste un spectacle à faire et à refaire.

Avant de vous quitter, nous vous laissons découvrir cette petite vidéo tournée le samedi 26 janvier 2019, où le chauffeur de salle a eu la gentillesse d’embarquer la caméra de notre reporter pour faire quelques images « bord de piste » (encore merci à lui pour ce moment exceptionnel) :

Crédit photos : Ludodisney

Crédit vidéo : Bibi