Troisième trimestre : On change le Président, mais pas les Résultats !

Après l’annonce surprise du départ de Philippe Gas ce vendredi, la société revenait ce mardi à du traditionnel, avec la publication de ses comptes trimestriels. Et au moins, là, pas de surprise : Ils sont mauvais. Pas catastrophiques, mais mauvais quand même.
Le hic, c’est qu’on se compare au trimestre équivalent de l’an passé, celui au cours duquel la tendance haussière (du moins de la fréquentation et du chiffre d’affaire) s’est inversée.

Image

 

Néanmoins, l’avantage avec les chiffres trimestriels, c’est qu’ils sont si succincts qu’ils laissent libre cours à toutes les interprétations. On peut ainsi les trouver, et décevants, et encourageants.
Décevants, car l’aridité des chiffres est sans ambiguïté. Les indices publiés sont tous en recul, signe d’un repli de l’activité.
Encourageants si on justifie ce repli par le contexte exceptionnel des périodes considérées. Mais avec des conditionnels, on peut tout faire, même accrocher un casque de gaulois en haut du château. Surtout quand on omet de tenir compte des variables qui nous favorisent.

Si traditionnellement, le troisième trimestre est une saison creuse, là, on entre dans le marasme. Depuis un peu plus d’un an, sans discontinuer, la fréquentation et par conséquent le chiffre d’affaire, chutent (-5,25 % depuis 2012 sur le T3).
Et pourtant, cette année, la société avait essayé d’enrayer cette chute en lançant une saison printanière pleine de potentiel avec force de performers, de personnages…. Mais rien n’y a fait : -3 % de fréquentation.
C’est d’autant plus dommage que cette animation a un coût, non négligeable du fait de la présence de nombreux acteurs.

Image Image

Et dans l’hôtellerie, ça ne va guère mieux. Le taux de remplissage diminue (en partie expliqué par la fermeture d’une aile du Newport Bay Club) à un rythme tel qu’il va un jour falloir songer à engager de fins limiers pour savoir où vont les visiteurs, car en 2 ans, on perd quand même 36.000 nuitées sur ce seul trimestre.
La dépense moyenne par chambre diminue. Inquiétant quand on sait que justement, les travaux de rénovation dans les hôtels servent aussi à justifier une hausse des tarifs.

Image

La seule bonne nouvelle apparente, ce sont les activités annexes (les partenariats) qui restent stables, voir même, progressent légèrement. Oui, mais comme je vous l’ai dit, on se compare au même trimestre 2013, où ce secteur avait connu une chute importante. Se stabiliser au fond du trou n’est pas forcément positif.

Mais alors, quelle en est la cause ? Les dirigeants préfèrent se camoufler derrière le non renouvellement d’une "opération spéciale" (souvenez-vous, le fameux prince saoudien qui devrait revenir d’ici à la fin de l’exercice). Certes. Mais, le spécial a justement ceci d’être exceptionnel.

Image

D’autant que cet évènement a généré des charges propres (qu’on peut regretter ne pas avoir amorti en multipliant ce type d’initiative) et que pour le coup, les charges, elles, restent stables malgré la disparition de l’exceptionnel. Car, comme dit précédemment, la balade printanière a pesé sur les finances.

Rendez-vous dans 3 mois pour faire le bilan. Mais à ce niveau, on peut déjà parier que l’on va exploser des records. Madame la Présidente peut déjà engager les paris, mais je doute qu’elle ne gagne cette fois-ci, à moins qu’elle n’ait changé d’avis.

Nous ne pouvons vous quitter sans nos traditionnelles 3 questions, auxquelles, exceptionnellement Mark Stead, directeur général adjoint aux finances, a accepté de répondre.

Les recettes étant en retrait, par quelles mesures la société entend maîtriser ses charges ?
Mark Stead : Tout d’abord, la baisse de fréquentation a permis de limiter les recours aux intérimaires. De plus, la progression des salaires a été jugulée par l’apport du CICE. Enfin, certaines dépenses d’investissement non essentielles ont été reportées au 4ème trimestre, voire sur les prochains exercices.

Quel est l’impact de Ratatouille sur le dernier trimestre ?
Mark Stead : On constate une relative stabilité de la fréquentation, même si le public local revient un peu plus nombreux que l’an passé. Le restaurant, quant à lui, a dépassé les objectifs qui lui étaient assignés (même si je déplore une relative lenteur du service). Enfin, l’attraction a augmenté la satisfaction visiteurs de 5 points, notamment au niveau des Studios qui bénéficient d’un regain de fréquentation.

Au premier semestre, vous étiez confiants dans la perspective d’obtenir des résultats annuels à hauteur de ceux de l’an passé. Avec ces résultats, êtes vous toujours aussi confiants ?
Mark Stead : Vu le contexte économique, il sera difficile de maintenir ce cap. Pour autant, je reste confiant dans l’avenir de la société.

Image

Pour parler des résultats sur le forum, c’est par ici :
actionnaires-disneyland-paris-f27/resultats-financiers-d-edsca-t1625-280.html

Article : Mick77
Images : Disneyland Paris, Disney Dreamers Everywhere, VDR

 

Voir aussi :

Nos gazouillis :

Il est maintenant possible de réserver les restaurants de Disneyland Paris depuis l'application officielle !...

Jul 10 2020

Découvrez les masques en tissu en vente sur ShopDisney dans notre article ! https://t.co/ULMQ2qcB3n

Jul 07 2020

Découvrez les dates de réouverture des différents moyens de transport de Walt Disney World. ...

Jul 06 2020
Nouveau !

Disney Gazette
informations

Elle est de retour !
Notre base de données sur les destinations Disney est à nouveau disponible. Découvrez nos fiches infos, guides et temps d'attentes.

C'est parti