Toy Story 4 : notre critique

Disney Gazette a pu découvrir Toy Story 4 samedi soir lors de l’avant première française en présence d’une partie du casting français. Après la fin quasi-parfaite de Toy Story 3, est-ce l’opus de trop ?

 

Woody a toujours su quelle était sa place dans le monde, et sa priorité a toujours été de prendre soin de ses « jeunes propriétaires », qu’il s’agisse d’Andy ou désormais de Bonnie. Alors, lorsque la nouvelle création fétiche de la petite Bonnie, refuse de se voir comme un jouet et se dépeint lui-même comme un déchet, Woody entreprend de lui démontrer toutes les raisons pour lesquelles il devrait se réjouir d’en être un.

Embarqué avec ses autres compagnons, dans le « road trip » que Bonnie fait avec ses parents, Woody va vivre une odyssée inattendue au cours de laquelle il va retrouver son ancienne amie La Bergère. Des années en solitaire sur la route ont développé chez elle un goût pour l’aventure et l’indépendance qui contraste fortement avec son apparence de porcelaine délicate. Même si Woody et La Bergère réalisent qu’un monde les sépare, ce ne sera pas leur principal problème…

9 ans après le dernier film, Disney nous présente donc les nouvelles aventures de Buzz (Richard Darbois) et de Woody (Jean-Philippe Puymartin). Réalisé par Stephany Folsom (scénariste sur Vice-Versa) et produit par Jonas Rivera (producteur de Là haut et Vice-Versa) et Mark Nielsen (Vice-Versa, Cars 2), ce film marque le retour d’une héroïne oubliée La Bergère.

Doublée par l’excellente Audrey Fleurot (Kaamelott), ce personnage apporte une importante fraicheur au film et lui permet d’aborder un thème encore absent de la saga. A quoi sert un jouet ? Qu’est ce que la loyauté ? Le film répond à ces questions.

Techniquement irréprochable avec un photo-réalisme des plus impressionnants, Toy Story 4 fait un quasi sans faute technique tandis que Randy Newman nous offre une bande sonore, certes propres, dont les nouveaux titres me sont vite sortis de la tête. A noter que c’est Charlélie Couture qui reprend du service (ayant déjà travaillé sur Toy Story 1 et 2) pour l’adaptation de ses chansons en français et leur interprétation.

En réalité dans ce film, la vieille bande de Woody est presque mise de côté et ce sont de nouveaux jouets qui sont mis en avant avec bien sûr Fourchette (Pierre Niney), personnage très touchant, qui sert d’intrigue au film. Jamel Debbouze et Franck Gastambide servent de duo comique au film avec les personnages de Ducky et Bunny, lot gagnant d’un jeu à la fête foraine. Même si certaines scènes sont hilarantes, ces personnages finalement apportent peu à l’intrigue et servent uniquement de Comic Relief… La grande surprise vient de Duke Caboom (Marc Arnaud), jouet cascadeur canadien, qui apporte un vrai plus au film.

 

Le scénario du film reste simple et efficace. En nous replongeant directement dans le passé pour découvrir le destin de la Bergère, le film nous remet dans le contexte efficacement et présente les questions existentielles que Woody se pose de façon efficace. Souffrant d’un peu de lenteur, le rythme du film nous permet de souffler entre deux scènes d’actions sans pour autant s’ennuyer. Seule la fin nous laisse un peu sur notre faim : trop rapide et trop prévisible, dommage. Mais cela ne gâche pas le film, mais l’empêche d’atteindre l’émotion ressenti lors de Toy Story 3.

 

Est-ce la dernière aventure des jouets ? Non. Un spin-off a déjà été annoncé pour la plate-forme Disney+ centré sur le personnage de Fourchette.

Avis de VDR :

Alors que dire de ce Toy Story 4. Déjà première chose pour tout de suite rassurer. Sans dépasser le 3ème volet, ce quatrième n’est pas celui de trop. Si la fin du précédent reste la fin parfaite, celui-ci développe encore un nouvel axe d ‘approche différent et intéressant dans la relation jouet/enfant.
Le film fait surtout entrer une flopée de nouveaux personnages dans le coffre à jouets. Le très attachant Fourchette notamment, le duo comique Ducky et Bunny, Gabby Gabby ou encore Duke Caboom. Tous gravitent autour du grand duo de ce film : Woody et la Bergère (dont on apprend enfin le destin), Buzz et le reste de la bande étant un peu plus en retrait.
Woody toujours à la rescousse pour le bonheur de son enfant et ici aider Fourchette à assumer son nouveau destin de jouet avec toutes les péripéties et les difficultés (souvent drôles !) que cela implique.
Belle animation, bonne histoire, bons personnages, parfois drôle, parfois touchant, Toy Story 4 est le film d’animation à découvrir cet été pour passer un bon moment en famille.
Vers l’infini, et au delà !

Avis de Gustave :

Toy Story 4 n’a pas la densité des autres. Mais pourquoi forcément le comparer aux précédents ? Il est vrai que l’histoire tiendrait en moitié moins de temps, tellement les longueurs s’enchaînent dans et autour du magasin d’antiquités, lieu central de l’histoire.

La vraie surprise tient dans l’évolution de certains personnages. La Bergère, que je n’appréciais pas plus que cela, nous surprend avec son destin loin des autres, mais assumé et indépendant ; Woody fait du Woody même s’il s’ouvre également ; l’arrivée de Duke ne se fait pas tonitruante mais quelle présence par la suite, drôle, musicale et décisive pour le film ! Et inspirante pour les plus jeunes qui voient là une belle leçon pour dépasser leur peur de l’échec…
Gabby Gabby a cela d’intéressant que ce n’est pas une méchante comme les autres, d’ailleurs elle n’occupe pas cette position classique, elle pousse les spectateurs à réfléchir sur l’opposition classique bien/mal, mais son personnage n’est pas attachant. Et il tourne un peu en rond.
Enfin Fourchette, quasi mutique au départ, fait de bric et de broc, gagne petit à petit en intérêt jusqu’à prendre le leadership à la fin, dans un passage de témoin qui conclut bien mieux le film que les minutes précédentes quelque peu prévisibles.
Côté son, en effet, tout s’oublie très vite.
Bilan assez positif car la bande nous manquait et cette aventure qu’on rêvait épopée nous ravit tout de même.

A noter que notre fille de 7 ans a adoré et n’a pas trouvé le temps long !

Voir aussi :

Nos gazouillis :

Il est maintenant possible de réserver les restaurants de Disneyland Paris depuis l'application officielle !...

Jul 10 2020, 8:02 am

Découvrez les masques en tissu en vente sur ShopDisney dans notre article ! https://t.co/ULMQ2qcB3n

Jul 07 2020, 8:34 am

Découvrez les dates de réouverture des différents moyens de transport de Walt Disney World. ...

Jul 06 2020, 7:20 am
Nouveau !

Disney Gazette
informations

Elle est de retour !
Notre base de données sur les destinations Disney est à nouveau disponible. Découvrez nos fiches infos, guides et temps d'attentes.

C'est parti