Résultats 2018 d’Eurodisney : quand la Magie Disney opère…

Lors de la table ronde organisée par Catherine POWELL pour sa prise de fonctions, je n’avais pu m’empêcher d’avoir un éclat de rire nerveux lorsqu’elle a annoncé être là pour qu’Eurodisney fasse des bénéfices ! Et pourtant, là où ses prédécesseurs ont échoué, elle a réussi !

Il faut dire que la situation a changé : les petits actionnaires ont été mis à la porte et il n’est plus nécessaire d’utiliser des artifices pour plomber la situation et sortir les fonds par des tours de passe-passe intragroupe.

La structure juridique incompréhensible a curieusement été simplifiée, pour raisons d’économie. Réclamée à de nombreuses reprises, cette simplification était trop complexe à mettre en œuvre, dixit le service juridique…

Effectivement, des économies, cela en fait, ne serait-ce que sur les frais administratifs. Mais cela a surtout permis de tout centraliser dans une seule structure et d’éviter des facturations à prix d’or de services plus ou moins rendus au groupe.

La structure capitalistique aussi a été complétement remise à plat. Entre conversions de dettes (pour la plupart des factures de services ou de frais de gérance) en capital, coups d’accordéon (diminution puis augmentation de capital) et d’apport de sociétés, la nouvelle structure est enfin celle qu’elle aurait dû être depuis l’origine. Mais curieusement, lors des opérations de 2004, la complexification avait été plutôt choisie comme mode de gestion.

Résultat, plus aucune dette (mais si, mais si, aussi incroyable que cela puisse paraître). Et des capitaux propres positifs. On ne reconnait plus Eurodisney !

Cerise sur le gâteau, la société a donc dégagé un résultat net positif sur l’exercice. Comment Madame POWELL a-t- elle bien pu réaliser ce tour de force ? Rien de bien innovant, finalement. Les ficelles financières sont toujours les mêmes.

Sur le plan opérationnel, elle a augmenté ses tarifs, ce qui a gonflé son chiffre d’affaires. Elle a mis sur le marché des biens immobiliers, très rentables, on le sait. Et côté dépenses, elle a serré les cordons de la bourse : il n’y a plus d’intérêts d’emprunts, déjà, mais ils n’étaient pas si importants que l’on voulait nous le faire croire. Non, elle a tout simplement obtenu ce dont je rêvais depuis des années : l’abandon de la rémunération du gérant ! Incroyable mais vrai. Je serais actionnaire, je l’aurais remercié chaleureusement. Mais, en fait c’est elle qui a remercié les actionnaires, avant cette performance…

Car cette ponction de près de 5 % du chiffre d’affaires était insupportable pour la bonne marche de la société et a empêché la société de dégager des résultats à chaque fois qu’elle avait été imposée. Pour rappel, le président Bourguignon avait obtenu sa suspension et c’est la seule période où les résultats ont été positifs.

Enfin, si vous vous rappelez, juste avant les opérations la direction financière nous indiquait que la société EDA et ses filiales ne valaient plus rien, ce qui s’était traduit par des actions valorisées à 0 au bilan, via des provisions exagérément élevées, alors que la situation ne s’était pas détériorée, bien au contraire. Cela avait permis à l’expert indépendant de donner une estimation très faible des titres Eurodisney et de considérer l’offre comme généreuse. Et bien curieusement, moins de deux ans après, la société reprend ses provisions pour considérer aujourd’hui que ces mêmes titres valent beaucoup plus que 0 !

Et c’est ce tour de bonneteau comptable qui explique l’importance de la performance. Car près de 200 millions de « gagnés », ce n’est pas rien. Surtout lorsque l’on dispose de 2,9 MILLIARDS d’euros de crédit d’impôts à imputer sur les bénéfices.

En conclusion, comme dans tout tour de magie, tout est dans l’art de l’escamotage. Le « nouvel » Eurodisney est en ordre de marche avec une gestion qui ressemble à s’y méprendre à ce que recommandaient et réclamaient certains actionnaires depuis de nombreuses années, sans que cela n’ait été mis en place.

Alors pourquoi maintenant et pas avant ? Inutile d’aller chercher bien loin, il suffit de savoir qui a profité de cette situation pendant plus de 25 ans et en profite donc encore plus aujourd’hui.

Voir aussi :

Nos gazouillis :

Il est maintenant possible de réserver les restaurants de Disneyland Paris depuis l'application officielle !...

Jul 10 2020

Découvrez les masques en tissu en vente sur ShopDisney dans notre article ! https://t.co/ULMQ2qcB3n

Jul 07 2020

Découvrez les dates de réouverture des différents moyens de transport de Walt Disney World. ...

Jul 06 2020
Nouveau !

Disney Gazette
informations

Elle est de retour !
Notre base de données sur les destinations Disney est à nouveau disponible. Découvrez nos fiches infos, guides et temps d'attentes.

C'est parti